Jésus n’a pas peur de nos impuretés

Personne atteinte de la lèpre

Ce jour-là l’enseignement biblique est apporté par une psychologue de passage. Tout en nous exhortant, elle nous partage quelques brides de son travail de psy, l’une d’elles m’a particulièrement interpellé.
Dans un de ses entretiens avec une chrétienne cassée par la vie et par des difficultés de toutes sortes, elle lui dit : Jésus te rejoint au fond de ton puits boueux. Non, non, non il ne reste pas à t’attendre en haut assis sur la margelle, il descend auprès de toi et même il s’assoie avec toi dans ta boue. La personne ne pouvait ni le concevoir, ni l’accepter. Notre oratrice de répondre : Lui n’a pas peur de tes péchés, de tes peurs, de tes angoisses, de tes déviances, ni de tes rebellions,…
En effet, Jésus n’a pas eu peur de toucher le lépreux pourtant réputé contagieux. Non seulement il a eu ce geste d’humanité mais il lui a accordé la guérison physique et sociale, probablement spirituelle aussi.
Le Seigneur n’a pas peur de te rencontrer là où tu en es… et de te toucher.

Surmonter les difficultés et être heureux

Il y a quelques semaines, j’encourageais l’auditoire devant lequel j’étais à ne pas baisser les bras lorsque la vie devenait trop difficile. Ci-dessous vous pourrez lire le témoignage de Nick, né sans jambes ni bras mais avant cela, je vous invite à méditer cette courte histoire

Celle d’un tout jeune professeur venant de terminer ses études. Il est affecté pour donner des cours à une classe de délinquants. Alors qu’il rentre dans la salle de classe, l’un tire une ficelle préalablement mise pour lui faire une bonne blague. Il s’étala de tout son long. Eclat de rire général lorsqu’il se relève péniblement, se frotte les yeux, plus encore lorsqu’il remet ses lunettes cassées sur son nez. Il s’avance jusqu’à son bureau et s’y assoie. Au fur et à mesure le bruit s’apaise, le calme revient après que les jeunes se soient marrés.
Le jeune maitre regarde la salle et leur dit : mes chers amis, bonjour, nous venons de vivre notre premier cours. Le tout n’est pas de savoir comment on tombe, le plus important est de savoir comment on se relève !

Naissance de Nick
Je m’appelle Nick Vujicic, je suis né sans membre et les médecins ne savaient pas d’où venait cet « handicap » de naissance. J’ai dû faire face à bien des difficultés et des obstacles.Nick 1
Mes parents étaient chrétiens et mon père était même pasteur de notre église. Pourtant ce matin du 4 décembre 1982 à Melbourne, en Australie. « Dieu soit loué » étaient les derniers mots qui leur seraient venus à l’esprit. Leur fils aîné était né sans membres ! Ils n’avaient pas pu se préparer à cette épreuve car il n’y avait aucune raison médicale pour ce handicap. J’ai maintenant un frère et une sœur qui sont nés comme n’importe quel autre enfant.

L’église entière a pleuré ma naissance et mes parents étaient absolument anéantis par le chagrin. Tout le monde demandait : « Si Dieu est un Dieu d’amour, pourquoi laisse-t-il quelque chose d’aussi atroce arriver, et pas à n’importe qui mais à des chrétiens engagés ? » Mon père pensait que je ne survivrais pas longtemps mais les examens médicaux montrèrent que j’étais en parfaite santé, sauf qu’il me manquait quelques membres.

Enfance
nick 2Mes parents étaient très inquiets, se demandant quel serait mon avenir. Dieu leur a donné la force, la sagesse et le courage nécessaires à ces premières années et bientôt j’eus l’âge d’aller à l’école.

La loi australienne de l’époque ne me permettait pas d’être intégré dans une école ordinaire en raison de mon handicap physique. Dieu a fait des miracles et a donné à ma mère la force de lutter pour que la loi soit changée. J’ai été un des premiers handicapés à être intégré dans une école ordinaire.

A l’école
J’aimais aller à l’école mais j’ai dû faire face à des moments difficiles où je me sentais rejeté, étranger, souffre-nick 3douleur en raison de ma différence physique.
Je savais que j’étais différent extérieurement mais, à l’intérieur, j’étais comme tout le monde. Il y a eu des moments où je me suis senti si malheureux que je ne voulais plus aller à l’école pour ne plus avoir à faire face à tous ces regards négatifs. Mes parents m’ont encouragé à les ignorer et à essayer de me faire des amis en parlant avec les autres enfants.
Bientôt ils se sont rendus compte que j’étais comme eux et à partir de là, Dieu m’a tout le temps béni en me donnant de nouveaux amis.
J’ai eu des moments de dépression et de colère parce que je ne pouvais pas changer la façon dont j’étais, ni blâmer quiconque pour cela.

Dieu, qu’ai-je fait pour naître ainsi ?
J’allais à l’Eglise où j’ai appris que Dieu nous aime tous et qu’Il s’intéresse à nous. Je comprenais cet amour jusqu’à un certain point quand j’étais enfant mais à vrai dire je ne comprenais pas que Dieu m’ait fait ainsi s’Il m’aimait ! Etait-ce parce que j’avais fait quelque chose de mal ? Je pensais que ce devait être cela puisque j’étais le seul enfant étrange de l’école. Je me sentais un fardeau pour ma famille et je pensais que, plus vite je mourrais, mieux ce serait pour tout le monde.

Je voulais mettre fin à ma douleur et à ma vie mais je remercie mes parents et ma famille qui ont toujours été là pour me réconforter et me donner de la force Les tourments à l’école, ma honte de moi-même et ma solitude m’avaient causé des difficultés émotionnelles.
Alors Jésus m’a donné un désir passionné de partager mon histoire et mes expériences pour aider d’autres personnes à supporter leurs propres difficultés et laisser Dieu en faire des bénédictions. Pour encourager et inspirer d’autres personnes à réaliser complètement leur potentiel et à ne pas laisser quoi que ce soit les empêcher d’accomplir leurs espoirs et leurs rêves.

Changement de vie
A l’âge de 15 ans j’ai dit à Jésus de prendre ma vie, de la conduire lui-même.
Ce fut après avoir lu le texte de l’évangile de Jean au chapitre 9 où il est question de l’homme né aveugle « afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui ».
Une des premières leçons que j’ai apprises a été de ne rien prendre comme allant de soi.
Un verset de la Bible dit : « Dieu fait concourir toutes choses au bien de ceux qui l’aiment ». Ce verset m’a touché au cœur au point que je suis maintenant convaincu que ces choses « désagréables » ne se trouvent pas par chance, par hasard ou par coïncidence dans nos vies.
J’ai ressenti une paix complète lorsque j’ai compris que Dieu ne laisserait rien m’arriver dans la vie sans une bonne raison.

Et ensuite…
J’ai beaucoup de rêves et je me suis fixé beaucoup de buts à atteindre dans ma vie. Je veux devenir le meilleur nick 4témoin possible de l’Amour et de l’Espérance de Dieu en Jésus. Je désire que Dieu m’utilise pour les chrétiens et ceux qui ne le sont pas encore.
Je vois maintenant cette Gloire alors qu’Il m’utilise comme je suis et d’une façon qui ne lui est pas possible avec d’autres. J’ai prié pour une guérison miraculeuse, si ce n’est pas Sa volonté, c’est qu’Il a autre chose de mieux en réserve.
Aujourd’hui j’ai une passion pour le travail parmi les jeunes et je veux rester disponible pour ce que Dieu veut que je fasse, quoi que ce soit et où il veut !
D’ici l’âge de 25 ans, je veux aussi devenir indépendant financièrement.
nick 5J’ai l’intention d’écrire un livre dont le titre sera « Né sans bras, sans jambes, pas de soucis » (note, il en a écrit plusieurs)
Je pense que lorsqu’on a un désir passionné de faire quelque chose et que c’est la volonté de Dieu, on finit par y arriver. Nous autres, êtres humains, nous nous mettons constamment des limites sans aucune raison ! Ce qui est pire, c’est que nous mettons des limites à Dieu alors qu’Il peut tout faire. Nous le mettons dans notre « boîte crânienne », pensant tout connaître de Lui alors que ce n’est pas vrai. Je ne me repose pas sur mes propres forces, mais sur celles de Dieu mon Père céleste, et ça change tout !
Que le Seigneur Jésus vous bénisse !  Nick Vujicic    nick-vujicic-et-sa-famille

Nick est marié, avec son épouse ils ont deux enfants et parcours le monde pour témoigner de sa joie, même sans bras ni jambes

Je vous invite à regarder la courte vidéo ci-dessous

Nick dans sa vie de tous les jours

 

Noyade, sauver son fils ou son copain

Je ne sais plus où j’ai lu ce récit il y a des années déjà. Je le trouve assez particulier pour vous en faire part et ce d’autant plus que c’est une histoire vécue. Dilemme, qui sauver de la noyade, son fils ou le copain de celui-ci ? Et vous que feriez-vous dans une telle situation ?

Ce témoignage se passe dans une église protestante. Après quelques cantiques en ce culte du dimanche soir, avant de prêcher lui-même, le pasteur de l’église présente brièvement un homme âgé présent ce soir-la. Il le présente comme étant l’un de ses amis d’enfance les plus chers et lui laisse la place afin qu’il partage quelques mots à cette assemblée. On aperçut alors un homme assez âgé se lever.

Voici ce qu’il partagea
« Un père, son fils et un ami de ce dernier naviguaient paisiblement sur la côte du pacifique. Brusquement, une tempête violente s’abattit, rendant impossible tout retour vers la cote. Les vagues étaient tellement hautes que toutes les années d’expérience du marin ne suffirent pas pour maintenir la barque en équilibre et la voilà qui se renverse, les précipitant tous dans l’océan déchaîné…  »
Le vieil homme hésita un moment, alors que son regard tombait sur deux adolescents qui, pour la première fois depuis le début du culte, le regardaient fixement, un peu plus intéressés pour comprendre où il voulait en venir. L’homme poursuivit : noyade
 » Saisissant au vol le cordage de secours, le père avait à prendre la décision la plus déchirante de sa vie : A quel enfant devait-il lancer l’autre bout du cordage de secours ?
Il n’avait que quelques secondes pour décider. Le père savait que son fils était un chrétien engagé et il savait aussi que l’ami de son fils ne l’était pas.
Avec une douleur qui n’avait de comparable que la hauteur de ces vagues meurtrières, il lança à son fils : ‘Je t’aime, mon fils’, et lança le cordage à l’ami de son fils, le ramena à la barque qu’il arriva tant bien que mal à retourner. Pendant ce temps, son fils disparaissait dans les profondeurs de l’océan dans la noirceur de la nuit. Son corps n’a jamais été retrouvé. »

Pourquoi une telle décision
En ce moment, les deux adolescents, assis tout droit sur leurs sièges, attendaient anxieusement la suite de cette histoire.
 » Le père, poursuivit-il, savait que son fils serait dans l’éternité avec Jésus et ne pouvait se faire à l’idée que l’ami de son fils puisse passer l’éternité sans Jésus.
Ainsi donc, il sacrifia son fils afin de sauver son ami.
Combien grand peut être l’amour de Dieu pour qu’il ait fait autant pour nous ! Notre père céleste a sacrifié son fils unique afin que nous soyons sauvés. Je vous supplie d’accepter son offre de vous secourir et de saisir ce cordage de secours qu’il vous lance aujourd’hui. »
Sur ce, le vieil homme s’en retourna à sa place, un long silence remplit la salle. Le pasteur de l’église se leva, livra son sermon et fit un appel à la fin pour ceux qui voulaient donner leur cœur à Jésus. Mais personne ne répondit à l’appel.

Véridique ou fabulation
A la fin du service, les deux adolescents se dirigèrent vers le vieil homme: « C’était une belle histoire, signifia poliment l’un d’eux. Mais, je ne pense pas que cela ait été vraiment réaliste de la part du père de sacrifier la vie de son fils unique dans l’espoir que l’autre garçon devienne chrétien ! »
– Bien, vous venez de taper en plein dans le mille, dit le vieil homme, portant son regard sur la vieille bible qu’il avait en mains. Un large sourire se dessina sur sa face étroite et il regarda encore une fois les deux adolescents, avant de lancer :
« Ce n’est sûrement pas réaliste n’est-ce pas ? Mais je me tiens aujourd’hui devant vous pour vous dire que cette histoire me donne un aperçu de comment cela a pu être dur pour Dieu de sacrifier son fils unique Jésus pour moi.
Vous voyez : je suis l’homme de cette histoire et votre pasteur actuel était l’ami de mon fils.  »

Qu’en est-il de vous ?
Prenez 60 secondes à réfléchir, ensuite, si vous le souhaitez, faites tout simplement cette prière :
Ce récit m’a touché et comme cet homme a sacrifié la vie de son fils, je reconnais que tu as sacrifié celle de ton fils, Jésus, pour moi.
Seigneur, je veux accepter ton secours aujourd’hui, j’ouvre mon cœur – entre dans ma vie – et conduis-moi vers toi.

Ce témoignage est aussi sur le site LUEUR

Le SDF et Jésus

Dieu se révèle, comme il l’entend, au cœur simple qui le recherche, quelque ignorant qu’il soit. Ce petit récit pleinement authentique, en donne une nouvelle preuve.

SDF et Jésus

Le vieux Simon, le SDF et Jésus

Un pasteur anglais disait un soir, assez soucieux, au concierge de son église :
– Je suis assez tracassé par le fait que, chaque jour à midi depuis des semaines, un pauvre vieux aux habits râpés, entre dans l’église, où je puis le voir par la fenêtre du presbytère, et va vers le chœur ; il n’y reste que quelques minutes. Cela me paraît mystérieux et je m’inquiète, sachant qu’il y a des objets de valeur dans l’église. J’aimerais que vous puissiez le questionner.

Le lendemain, et plusieurs jours suivants, le concierge vérifia qu’en effet ce pauvre visiteur, sur le coup de midi entrait pour un court moment, puis sortait sans hâte. Il l’accosta enfin :
– Dites donc l’ami, qu’est-ce qui vous prend de venir ainsi à l’église ?
– Je vais prier, dit tranquillement le vieillard.
– Allons donc ! vous ne restez pas assez longtemps pour cela. Vous allez seulement jusqu’à l’autel et vous repartez. Qu’est-ce que cela signifie ?
– C’est exact, répondit le pauvre vieux. Mais, voyez-vous, moi je ne sais pas faire une longue prière ; pourtant je viens chaque jour à midi, et je lui dis tout simplement : « Jésus… c’est Simon ! »
Puis j’attends une minute et je m’en retourne. C’est une petite prière, mais je crois, je réalise qu’il m’entend.

Peu après, le pauvre vieux Simon fut renversé par un camion, on le transporta à l’hôpital où il dut rester pendant que se guérissait sa jambe cassée.
La salle où il était soigné donnait depuis longtemps beaucoup de peine à l’infirmière qui l’avait en charge.
Plusieurs malades étaient grincheux et irrités, d’autres murmuraient du matin au soir. Tout effort en vue d’améliorer un tel état d’esprit était vain.
Pourtant, au bout de peu de temps, les choses changèrent.
Les murmures furent moins amers, puis cédèrent la place au contentement.
L’infirmière, entendant un jour un joyeux éclat de rire, demanda :
– Qu’est-ce qui vous arrive à tous ? vous êtes maintenant des malades pleins de bonne humeur. Où s’en sont allés vos plaintes et vos gémissements qui me fatiguaient tant ?
– Oh ! c’est le vieux Simon ! répondit l’un d’eux. Il est toujours si heureux, sans jamais se plaindre ! Pourtant, nous savons qu’il souffre beaucoup. Il nous a fait honte !

L’infirmière se dirige vers le lit de Simon :
– Alors, lui dit-elle, vous avez fait ici du bon travail, vous avez fait envie à tous puisque, dit-on, vous êtes toujours heureux !
– Comment ne le serais-je pas ? répondit-il. C’est grâce à mon visiteur, lui me rend heureux, un jour après l’autre.
– Votre visiteur ? reprit-elle surprise. Quand donc vient-il ?
– Tous les jours à midi, répond-il dans un élan joyeux. Il se tient là, au pied de mon lit. Je le vois. Il me dit : Simon… c’est Jésus !

Heureux les pauvres en esprit,
car le royaume des cieux est à eux.
Heureux les affligés, car ils seront consolés!
Evangile de Matthieu 5.3-4

Source « mission des traités de Dijon »

Baptême par immersion totale à l’âge adulte

Sollicité pour apporter quelques réflexions sur le baptême pratiqué dans les églises dites « évangéliques », je vous fais part de ces quelques réflexions. Elles n’ont pas prétention d’être un pavé théologique argumenté, simplement des pistes à approfondir. Elles ont été apportées à l’occasion d’un séminaire des Avents organisé sur Angers par un groupe œcuménique. En fin d’article, je vous propose un lien sur un court – et sympa – enseignement vidéo sur le sujet
A quel âge baptise-t-on dans les églises dites « évangélique »
Si les Eglises Catholiques, Orthodoxes, Luthéro-Réformées et d’autres dénominations chrétiennes baptisent les enfants, de nombreuses Eglises dites « évangéliques », membres ou non de la Fédération Protestante de France ou du Cnef, ne baptisent que des adultes. Faut-il encore s’entendre sur ce que veut dire « adulte ». Certaines églises baptisent déjà vers 8-10 ans alors que d’autres attendent les 18 ans.
Pourquoi spécifiquement un « baptême à l’âge « adulte »
Les textes bibliques sont nombreux, en voici quelques uns :
Jésus leur dit: « Allez dans le monde entier annoncer la Bonne Nouvelle à tous les êtres humains. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera condamné ». Marc chapitre 16, versets 15 et 16
Les auditeurs de l’apôtre Pierre furent profondément bouleversés par ses paroles. Ils lui demandèrent à lui et aux autres apôtres: « Frères, que devons-nous faire? » l’apôtre Pierre leur répondit: « Changez de comportement et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus-Christ, pour que vos péchés vous soient pardonnés ». Actes des Apôtres chapitre 2, verset 37 et 38
Quand à l’apôtre Paul, il écrit : Vous tous, en effet, avez été unis au Christ dans le baptême et vous vous êtes ainsi revêtus de tout ce qu’il nous offre. Galates chapitre 3, verset 27
Il y en a bien sûr beaucoup d’autres.
Le baptême, c’est donc un engagement personnel à suivre Jésus pour devenir un de ses disciples. Pour prendre un exemple plus parlant, c’est un peu comme lors d’un mariage durant lequel le maire demande « consentez-vous à prendre pour époux, pour épouse… ». Il en résulte en principe un OUI consenti, joyeux, décidé, délibéré
Un nourrisson ou un enfant ne peut prendre une telle décision personnelle, parfois pas même encore lors de ses vœux de confirmation.
Jésus, qui fut présenté au temple à l’âge de 8 jours, ne fut baptisé par Jean (dit Jean le Baptiste) qu’à l’âge de 30 ans (Luc 3.23) Dans les Actes des Apôtres, tous les passages mentionnant le baptême de personnes montrent clairement que la repentance et la foi précèdent le baptême. Ces deux incontournables sont une des conditions pour être baptisé tout comme l’est le fait de vivre une « nouvelle naissance » dont Jésus parle à Nicodème, théologien de son temps : Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Evangile Jean 3.3-7
Vous pouvez lire des témoignages de baptisés à l’Eglise Protestante Baptiste du Colombier à Angers parus dans Ouest France en cliquant ici, ils partagent cette « nouvelle naissance » et ses transformations
Cette démarche de « nouvelle naissance » est pure grâce, c’est Jésus qui vient au-devant de nous, qui nous propose un échange, une convivialité, une amitié,… avec lui. Même si dans ce texte il s’adresse à une église, sa démarche vers les hommes est la même : écoute, je me tiens à la porte (la porte de ton cœur certainement) et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai un repas avec lui et lui avec moi. Apocalypse 3.20
Baptêmes de masse et/ou liberté de conscience
Si à certaines époques, des familles entières se faisaient baptisées : homme, femme, enfants, cela n’a pas été la pratique de l’évangéliste Philippe. Nous lisons en Actes des Apôtres 8.10-12 : «Toute la population, du plus petit jusqu’au plus grand (enfants et adultes), lui accordait donc une grande attention… Mais quand ils crurent Philippe qui leur annonçait la Bonne Nouvelle du Règne de Dieu et de Jésus-Christ, ils se firent baptiser, tant les hommes que les femmes» (apparemment pas les enfants donc)
Bien sûr, l’Histoire nous montre qu’à partir de la conversion de l’empereur Constantin, il fallait aussi que le peuple se « convertisse ». Adopter la religion du souverain était chose classique si on voulait continuer à vivre… pour autant, est-ce que la foi chrétienne se vivait avec conviction, certes non ! L’abjuration ou/et le fait d’être obligé à se convertir à quelques philosophies ou religions qui soient, y compris au christianisme, est un non-sens !
Dans les églises évangéliques il y a une forte notion de liberté de croire et de pratique – ou non !!!
Même si en Actes 16:31 Paul dit au gardien de prison « crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille », pour les évangéliques la foi est avant tout une démarche libre et personnelle. Que personne ne juge le baptême de quelqu’un, ni même le re-baptême dont il sera question plus loin. Ceci est une question qui résulte de la liberté de conscience personnelle.
L’immersion totale
Plusieurs textes de la Bible nous parlent de la symbolique forte, d’un processus de mort quand on est plongé dans l’eau et de résurrection quand on en ressort.
En effet, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, les personnes sont plongées entièrement dans l’eau, le grec du mot « baptême » signifiant « plongé, immergé ». Dans l’évangile de Jean 3.22 il nous est rapporté que Jésus, accompagné de ses disciples, se rendit en Judée et là et il baptisait. Jean aussi baptisait à Enon parce qu’il y avait là beaucoup d’eau et on y venait pour être baptisé. Si le baptême – pratiqué par Jean-Baptiste, Jésus et ses disciples – ne demandait que quelques gouttes, ils pouvaient rester à Jérusalem où il y avait une source et non descendre les 1200m de dénivelé jusqu’au Jourdain pour trouver « beaucoup d’eau » !
Généralement les églises évangéliques possèdent ce que l’on appelle un « baptistère », toutefois les baptêmes se font aussi dans des plans ou cours d’eaux, piscines, baignoires,… Alors animateur dans un centre d’aide aux marginaux, j’ai même assisté à des baptêmes dans un abreuvoir ! Nul besoin de se rendre dans le Jourdain en Israël où est prise la 3ème photo.

 

D’accord avec la théologie catholique lorsqu’elle affirme ceci :
L’ouvrage « La nouvelle encyclopédie de théologie catholique » parle du baptême ainsi :
Très rarement utilisée par l’église latine (romaine, catholique), l’immersion, qui signifie « action de plonger dedans » est depuis le 2ème siècle une des formes du baptême, elle rappelle le baptême du Christ par Jean le Baptiste » et de publier une photo de baptême d’adulte par immersion et le baptistère de l’église réformée à Poitiers
Nous rejoignons encore l’église catholique lorsqu’elle écrit sur son « Portail de la liturgie catholique » <<Le Rituel du baptême recommande de baptiser par immersion ; qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes, il prévoit que les baptisés soient plongés dans l’eau… Le geste de l’immersion est en effet infiniment plus expressif>> et d’ajouter que le problème est la place qu’il faut pour immerger, ce qui ne convainc pas les évangéliques qui sont plus pragmatiques.
Si le baptême d’adulte par immersion a une symbolique si forte, gardons cette forme. D’anciens édifices catholiques et protestants dans le monde portent encore les vestiges de baptistères, pourquoi ne pas y revenir !
Cela dit, il arrive toutefois que le baptême soit administré par aspersion et non par immersion, en particulier pour des personnes handicapées, hospitalisées, incarcérées en prison,…
Qu’advient-il des enfants décédés sans avoir bénéficié d’un baptême ?
Comme dit plus haut, le baptême étant un engagement à suivre Jésus, il ne peut se pratiquer qu’à un âge où la personne est consciente de son engagement, c’est pourquoi les enfants ne sont pas baptisés. Ce n’est qu’au 4ème siècle que fut généralisé le baptême des enfants et adopté officiellement en 1545. Il est regrettable que Luther et Calvin n’aient pas poussé la réforme jusqu’au baptême d’adulte uniquement.
Nul doute que si un enfant décède avant de prendre le baptême, il sera accueilli par Dieu lui-même. C’est ce que l’on appelle entre autre LA GRACE. Dans les milieux où le pédobaptisme (baptême enfants) est en vigueur, on nous dit que le baptême préfigure et attire la grâce de Dieu sur l’enfant quand nous disons que même non-baptisé, l’enfant reçoit la grâce et la bénédiction de Dieu, ici bas comme après sa mort.
A ceci il faut ajouter ce que l’apôtre Paul parle dans sa lettre aux Corinthiens, des enfants « sanctifiés » par la foi de l’un de ses parents (1Cort 7.14), c’est une autre grâce dans laquelle il n’est pas fait mention de l’utilité d’un baptême pour l’enfant
Dans plusieurs églises, si les parents en font la demande, la communauté peut prier officiellement pour les enfants, les confiant ainsi à Dieu pour leur avenir spirituel mais aussi physique, intellectuel, familial,… C’est une prière de bénédiction à la fois sur l’enfant et sur les parents.
Jésus, Joseph et Marie eux-mêmes ont été ainsi au bénéfice de la prière de Siméon selon ce que rapporte l’évangéliste Luc chapitre 2 versets 27 à 34
Guidé par l’Esprit Saint, Siméon alla dans le temple. Quand les parents de Jésus amenèrent leur petit enfant afin d’accomplir pour lui ce que demandait la loi, Siméon le prit dans ses bras et remercia Dieu… Le père et la mère de Jésus étaient tout étonnés de ce que Siméon disait de lui. Siméon les bénit…
En l’évangile de Marc au chapitre 10 versets 14 à 16, Jésus bénit des enfants « laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas car le royaume de dieu est pour ceux qui leur ressemblent »... puis il les prit dans ses bras et les bénit en leur imposant les mains.
Le baptême est-il un gage permettant l’accès au paradis ?
Souvent les chrétiens évangéliques sont choqués lorsqu’ils entendent cette affirmation lors d’obsèques, « puisque tu as été baptisé, soit accueilli maintenant dans la gloire du Père ». Comment un être baptisé enfant, vivant sans foi ni loi durant sa vie pourrait-il être agréé par Dieu jsimplement du fait du baptême de son enfance que bien souvent il a rejeté. Le baptême est-il un gage « d’aller au paradis » ? Bien sur que non, sinon Hitler y aurait aussi été accueilli ! (pardonnez ma provocation)
Non, le baptême par lui-même ne « sauve pas », ce n’est pas un ticket qui permet d’être agréé par Dieu au moment de notre mort. D’ailleurs Jésus lui-même dira à l’un de ses co-crucifiés : « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis« . Luc 23:43 Assurément cet homme n’a pas eu le temps de prendre le baptême, et il ira tout de même au paradis !
Pourquoi les Eglises Protestantes Evangéliques re-baptisent-elles ?
Cette pratique est très ancienne – en fait depuis l’origine du baptême de Jésus par Jean-le-Baptiste et l’ordre de Jésus de baptiser ses disciples – a toujours perduré. C’est vers le 16ème siècle qu’un courant fait parler de lui, celui des « Anabaptistes » qui signifie « baptiser à nouveau ou deux fois »
En général, les personnes qui demandent à être (re)baptisées sont celles pour qui leur baptême d’enfant n’a pas valeur d’engagement personnel. Elles souhaitent déclarer publiquement par un geste fort leur appartenance au Christ. D’autres souhaitent « confirmés », confirmer leur baptême d’enfance par un acte d’immersion à l’âge adulte.
Sauf exceptions vraiment très rares, je n’ai vu personne demander à être (re)baptisée faire des reproches à leurs parents pour les avoir fait baptiser enfant.
Il est important pour les parents dont les enfants demandent un baptême adulte dans une autre confession, de ne pas le percevoir comme un désaveu vis-à-vis d’eux alors qu’ils ont fait ce qui leur semblait juste de faire.
baptême colombierBaptême et membre d’une église
Ce n’est pas le cas dans toutes les églises évangéliques mais dans celle où j’ai exercé le ministère pastoral, nous insistons sur le fait que le baptême n’est pas un baptême d’appartenance ou d’engagement à une église, dénomination, groupe… particulier mais au Christ lui-même.
Il n’est pas un aboutissement mais une étape dans la vie de celui qui souhaite devenir, non un chrétien acceptant une religion, des dogmes, des rituels, des obligations,… mais souhaite être un disciple de Jésus de Nazareth.
Ce fait d’être en priorité disciple de Jésus avant d’être membre d’une église, laisse une grande liberté pour la fréquentation d’une église ou une autre, à l’occasion de déménagement notamment ou de leur convenance personnelle.
Cela ne sous-entend pas que la fréquentation d’une église – communauté de chrétiens – ne soit pas importante. Assurément elle l’est pour l’édification commune, l’entraide, l’amitié et les relations,… toutefois on garde la liberté de fréquenter ou de s’engager dans une autre église/dénomination que celle de son baptême
L’insolite re-baptême d’une religieuse
En ce qui concerne ma pratique personnelle de pasteur, j’ai été « confronté » à une situation peu banale. Un jour une religieuse catholique m’a dit « le Seigneur me dit que je dois me faire baptiser comme vous, alors je viens vous demander de le faire, mais je veux rester catholique, c’est mon église ».
J’étais mais alors, très très ennuyé par cette demande insolite. Je lui demandais un temps de réflexion. Priant, j’ai eu comme une conviction, une évidence, qu’il me fallait accéder à sa demande. Toutefois, par respect pour l’Eglise Catholique, je suis revenu la voir en lui disant « si tu trouves un prêtre qui te donne l’autorisation, je le ferais ».
Pour être tout à fait honnête, je pensais, j’espérais qu’elle n’en trouve point ! Mais si, un prêtre qui l’accompagnait dans ses démarches spirituelles lui a donné l’autorisation !!! Je l’ai donc immergé dans l’eau d’une piscine après qu’elle aie témoignée devant l’assistance de la raison de sa démarche.
Suite à cela, durant des années, plusieurs dizaines de personnes m’ont sollicité pour la même démarche, et toujours je les envoyais demander l’aval d’un prêtre.
Cette démarche s’est arrêtée après un incident, lui aussi peu banal. Le prêtre contacté était d’accord mais il a souhaité avoir l’avis de son évêque, rien à dire à cela. La réponse de celui-ci ne fut pas vraiment « spirituelle » : « Non, je n’autorise pas à cette personne de se faire rebaptisée à l’église protestante baptiste, toutefois, si elle tient vraiment à faire une démarche de confirmation de son baptême, il lui faut aller le faire dans le Jourdain en Israël » !!!
Cette réponse a été si anachronique qu’en tant que pasteur, j’ai cessé d’exiger l’autorisation d’un prêtre pour une telle démarche.
Préparation et pratique du baptême
Selon les Eglises, la préparation au baptême est plus ou moins longue, six mois en moyenne.
La dite préparation est une série d’études concernant les bases de la foi en Jésus et de ce qu’implique être disciple. Cette formation peut être faite par un(e) accompagnateur(trice) sans pour autant être le pasteur, ce qui est aussi le cas pour l’acte de baptiser.
Généralement il est demandé aux futurs baptisés d’apporter un « témoignage de vie », dire pourquoi une telle démarche aujourd’hui et c’est sur ce témoignage, sorte de confession de foi qu’elle est baptisée, par immersion au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit comme le souligne l’ordre de Jésus instituant cette démarche.
Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Evangile de Matthieu chapitre 28 versets 18 et 19
Vous trouverez ici un autre article de presse sur le sujet
Enseignement vidéo : https://www.dropbox.com/s/iw2xo7cvdyfzire/Le%20Bapteme%20d%27eau%20age%20adulte%20JM%20RIBAY.avi?dl=0

Le pasteur Bernard Delépine en Afrique

Je me suis rendu 2 semaines au Cameroun pour y donner des cours. Sollicité plusieurs fois depuis, je n’ai pas trouvé de temps pour répondre favorablement. Je n’exclue pourtant pas d’y retourner un jour, dans ce pays ou d’autres… Pour le peu de ce que j’en ai vécu, l’Afrique noire m’impressionne.

Ce n’était pas mon premier voyage en Afrique, le précédant était pour me rendre au Zimbabwe afin d’apprendre comment on témoigne de sa foi en Jésus aux foules. J’étais servi puisque le chapiteau où avaient lieu les rencontres offrait 34.000 places ! Séminaire en journées, réunions publiques en soirées, ce fut grandiose…

Dans un autre registre, le peu de tourisme sur place était aussi époustouflant, comme les Victoria Falls, chutes magnifiques dont vous trouverez des photos récupérées sur Internet, n’ayant pas le temps de scanner mes anciennes photos. Le tour en petit avion 4 places durant 2h00 au-dessus de la savane et des villages typiques n’était pas mal non plus, c’était comme dans les reportages télévisés avec les éléphants qui se baignaient avec leurs petits et autres troupeaux qui galopaient effrayés par l’avion. Je ne l’avais même pas rêvé !

 

C’est Denis Drugeau qui m’a sollicité et emmené avec lui au Cameroun. Exerçant un ministère « missionnaire », Denis est le président actuel de jeunesse en mission pour la France. Il est basé à St Paul les 3 Châteaux.

Les liens qui nous unissent sont de longue date, Denis ayant découvert l’amour de Jésus au début de notre ministère Denis et Bernard 1 JEM cameroun 2011d’implantations d’églises à Angers et sa région. Nous étions encore à cette époque dans notre appartement du centre ville, rue Desjardins. Etant donné que nous n’avions pas de locaux, que la Loire et les lacs étaient trop froids, Denis s’était fait baptiser dans une piscine municipale.

Le jour de la photo, les étudiants nous avaient offert cette tenue africaine

 

 

 Enseignements auprès des étudiants, leaders, futurs diacres, responsables d’églises de maison…

Consécration de diacre/diaconesses, commencée vers 10h00, elle s’est terminée vers 15h00

 

Des insolites lors de ce voyages au Cameroun je me suis abstenu de photos de singe sur l’étalage du boucher

Je vous invite à lire les deux articles suivants, sur mes rencontres avec les pygmées dans deux campements différents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christianisme et Islam

Après les attentats de janvier à Charlie Hebdo, puis contre les juifs et l’Etat via les policiers, on peut se poser la question « pourquoi ». On peut aussi se questionner sur les différences entre le christianisme et l’islam ?

Depuis l’été 2014 nous avions programmé une journée de réflexion sur le christianisme face à l’islam.
Le terme « face » n’a aucune connotation d’agressivité, plutôt la notion d’une certaine incompatibilité entre les deux religions.
Pour autant, le but premier de cette journée de réflexion était d’encourager les participants chrétiens à ne pas avoir peur des musulmans ni de les « tolérer » mais de les aimer et de les respecter en tant que personnes.

Saïd Oujibou, un pont
Nous avons de suite pensé au pasteur-conférencier Saïd Oujibou. D’une part parce qu’il a grandi dans un certain islam radical, d’autre part du fait qu’il n’a pas la langue de bois, vis-à-vis l’attitude de certains chrétiens comme de certains musulmans. Nous aimions l’idée d’une réflexion vraie, crue, directe… en cela nous pouvions lui faire confiance !
Il a beaucoup d’humour, ce qui ne gâche rien. La photo est celle d’un spectacle qu’il donne ici et là.

Je vous propose de lire une interview de Saïd, recueillie par Élisabeth Royez, parue le 23 janvier 2015 dans les journaux Presse Océan et La Nouvelle République. Vous pouvez le lire ci-dessous ou en cliquant sur ce lien

 

Le pasteur qui sert de pont entre islam et christianisme
Le pasteur Saïd, passé par l’islam radical et converti au protestantisme, sera l’invité de l’église protestante baptiste de Poitiers ce week-end.

Vous êtes pasteur itinérant et consultant en prévention urbaine: en quoi consiste votre rôle?
Je suis pasteur d’une paroisse, dans le 16ème arrondissement de Paris, mais je suis très sollicité en tant que conférencier, ce qui fait qu’une bonne partie de mon apostolat se fait à l’extérieur. Mon rôle de consultant en prévention urbaine s’est inventé de lui-même au vu de la fracture qui se dessine entre la banlieue et la société. J’interviens à la demande de politiques, de municipalités, d’associations pour aider à régler des conflits ou travailler sur des codes culturels des quartiers qui sont méconnus des acteurs locaux. Aujourd’hui je connais aussi bien l’islam que le christianisme, je sers de pont.

Avec l’actualité, ce sont des thèmes qui résonnent particulièrement…
Les jeunes dans les quartiers sont en quête d’idéal. J’ai moi-même connu cette quête et l’islam radical dans ma jeunesse mais pas à un tel degré. J’aime la France, mais les discriminations y existent. Des jeunes transforment leur mal-être en violence, mais il ne faut pas que ça aille jusqu’à tuer des gens. L’islam redonne des valeurs et une identité à des jeunes en déshérence, mais comme il y a une méconnaissance de l’islam, certains islamistes l’exploitent et disent à ces jeunes que ce qui les rend malheureux, c’est le système judéo-chrétien. Ils épousent alors une idéologie politique contre toutes les grandes valeurs parallèlement à une idéologie religieuse.

Samedi, vous participez à une formation de l’église baptiste de Poitiers sur « Comment se positionner en tant que chrétien face à l’islam »: quel sera votre message?
Il n’y a aucune base commune entre christianisme et islam, ce sont des religions complètement opposées. En tant que chrétiens, nous n’avons pas d’autre choix que d’aimer les musulmans: c’est le commandement de Dieu, d’aimer son prochain. Les musulmans ont le choix, ils peuvent nous aimer ou nous détruire: tout dépend de comment ils se placent par rapport au texte coranique. Il y a différents islams. Le Coran a aussi donné naissance à l’islamisme: ce n’est pas une question d’interprétation du texte coranique mais de degré.

Vous avez grandi dans l’islam et vous êtes converti à l’âge de 21 ans: pourquoi cette conversion ?
J’étais un farouche combattant du christianisme. Je voulais démonter la Bible. Mais en essayant d’y trouver des erreurs, j’y ai trouvé la vérité. J’ai fait une étude comparative de la Bible et du Coran, et j’ai été subjugué par la figure du Christ, par la douceur et la tendresse dans ses paroles. Je suis très ouvert à toutes les confessions chrétiennes. Je me suis rapproché du protestantisme car cette église est moins frileuse que l’église catholique. Beaucoup de catholiques ont peur de recevoir (dans les églises) des musulmans qui se convertissent.