Christianisme et Islam

Après les attentats de janvier à Charlie Hebdo, puis contre les juifs et l’Etat via les policiers, on peut se poser la question « pourquoi ». On peut aussi se questionner sur les différences entre le christianisme et l’islam ?

Depuis l’été 2014 nous avions programmé une journée de réflexion sur le christianisme face à l’islam.
Le terme « face » n’a aucune connotation d’agressivité, plutôt la notion d’une certaine incompatibilité entre les deux religions.
Pour autant, le but premier de cette journée de réflexion était d’encourager les participants chrétiens à ne pas avoir peur des musulmans ni de les « tolérer » mais de les aimer et de les respecter en tant que personnes.

Saïd Oujibou, un pont
Nous avons de suite pensé au pasteur-conférencier Saïd Oujibou. D’une part parce qu’il a grandi dans un certain islam radical, d’autre part du fait qu’il n’a pas la langue de bois, vis-à-vis l’attitude de certains chrétiens comme de certains musulmans. Nous aimions l’idée d’une réflexion vraie, crue, directe… en cela nous pouvions lui faire confiance !
Il a beaucoup d’humour, ce qui ne gâche rien. La photo est celle d’un spectacle qu’il donne ici et là.

Je vous propose de lire une interview de Saïd, recueillie par Élisabeth Royez, parue le 23 janvier 2015 dans les journaux Presse Océan et La Nouvelle République. Vous pouvez le lire ci-dessous ou en cliquant sur ce lien

 

Le pasteur qui sert de pont entre islam et christianisme
Le pasteur Saïd, passé par l’islam radical et converti au protestantisme, sera l’invité de l’église protestante baptiste de Poitiers ce week-end.

Vous êtes pasteur itinérant et consultant en prévention urbaine: en quoi consiste votre rôle?
Je suis pasteur d’une paroisse, dans le 16ème arrondissement de Paris, mais je suis très sollicité en tant que conférencier, ce qui fait qu’une bonne partie de mon apostolat se fait à l’extérieur. Mon rôle de consultant en prévention urbaine s’est inventé de lui-même au vu de la fracture qui se dessine entre la banlieue et la société. J’interviens à la demande de politiques, de municipalités, d’associations pour aider à régler des conflits ou travailler sur des codes culturels des quartiers qui sont méconnus des acteurs locaux. Aujourd’hui je connais aussi bien l’islam que le christianisme, je sers de pont.

Avec l’actualité, ce sont des thèmes qui résonnent particulièrement…
Les jeunes dans les quartiers sont en quête d’idéal. J’ai moi-même connu cette quête et l’islam radical dans ma jeunesse mais pas à un tel degré. J’aime la France, mais les discriminations y existent. Des jeunes transforment leur mal-être en violence, mais il ne faut pas que ça aille jusqu’à tuer des gens. L’islam redonne des valeurs et une identité à des jeunes en déshérence, mais comme il y a une méconnaissance de l’islam, certains islamistes l’exploitent et disent à ces jeunes que ce qui les rend malheureux, c’est le système judéo-chrétien. Ils épousent alors une idéologie politique contre toutes les grandes valeurs parallèlement à une idéologie religieuse.

Samedi, vous participez à une formation de l’église baptiste de Poitiers sur « Comment se positionner en tant que chrétien face à l’islam »: quel sera votre message?
Il n’y a aucune base commune entre christianisme et islam, ce sont des religions complètement opposées. En tant que chrétiens, nous n’avons pas d’autre choix que d’aimer les musulmans: c’est le commandement de Dieu, d’aimer son prochain. Les musulmans ont le choix, ils peuvent nous aimer ou nous détruire: tout dépend de comment ils se placent par rapport au texte coranique. Il y a différents islams. Le Coran a aussi donné naissance à l’islamisme: ce n’est pas une question d’interprétation du texte coranique mais de degré.

Vous avez grandi dans l’islam et vous êtes converti à l’âge de 21 ans: pourquoi cette conversion ?
J’étais un farouche combattant du christianisme. Je voulais démonter la Bible. Mais en essayant d’y trouver des erreurs, j’y ai trouvé la vérité. J’ai fait une étude comparative de la Bible et du Coran, et j’ai été subjugué par la figure du Christ, par la douceur et la tendresse dans ses paroles. Je suis très ouvert à toutes les confessions chrétiennes. Je me suis rapproché du protestantisme car cette église est moins frileuse que l’église catholique. Beaucoup de catholiques ont peur de recevoir (dans les églises) des musulmans qui se convertissent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *