Charlie Hebdo, le pasteur Bernard Delépine s’engage

 

Ce midi je suis interrogé par un journaliste du Courrier de l’Ouest sur les raisons de ma présence à la minute de silence républicaine à l’occasion du massacre à Charlie Hebdo. Je vous livre une partie de mon entretien, enrichi de réflexions.

Je suis présent à cette manifestation par solidarité, par citoyenneté, et, bien que pasteur protestant j’ose dire en cette circonstance « par laïcité ». Certes, je ne suis pas toujours en osmose avec la rédaction de « Charlie-Hebdo », avec ses propos, ses caricatures,…  toutefois ma non-présence ne pouvait être envisagée.

Quel est le sens de votre présence alors ?
Je veux apporter ma compassion envers ceux qui ont été meurtris, sont décédés ou blessés, ainsi qu’à leur famille et amis
Je souhaite affirmer l’importance de la liberté de la presse, y compris lorsque je ne suis pas en accord
Je veux marteler qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre ceux qui ont commis ces actes immondes et l’ensemble des musulmans

Que pensez-vous des caricatures de Charlie Hebdo ?
Je ne dis pas que j’apprécie, encore moins que j’y souscris. Ce n’est pas une quelconque peur qui me dicte cette attitude mais le respect d’une religion qui n’est pourtant pas la mienne lorsque c’est Mahomet qui est caricaturé, je suis pour le respect des personnes qui se reconnaissent en cette religion. Je ne suis pas fan non plus de bien d’autres titres de presse… et il y en a beaucoup et pas uniquement qui se moquent des religions. Je suis sensible au respect de la personne en général. Ça ne veut pas dire que l’on ne peut pas bousculer les personnes, ou se taire, une des vraies questions est, me semble-t-il « est-que que mes propos, vos propos… font avancer quelque chose ? »

Et la liberté de la presse alors ?
Je suis pour la liberté de la presse et non pour la censure. Maintenant, que ce soit Charlie Hebdo ou un autre titre de presse, chacun porte la responsabilité… et les conséquences de son contenu. Il faut oser le dire, il y a des écrits, des propos,… qui sont un manque de sagesse élémentaire mais comme c’est un « fond de commerce » ils en usent et en abusent !
Je suis bien sûr et sans équivoque contre la violence, physique ou verbale. Si des personnes sont choquées par le contenu d’un article de presse, qu’elles s’en remette à la justice. L’attaque contre Charlie Hebdo se solde par des morts… et par la relance du journal qui était en train de mourir faute de lecteurs. Les agresseurs auraient du réfléchir avant car ils ont fait la promotion – et une promotion mondiale – de ce qu’ils dénonçaient, c’est un peu idiot comme stratégie
Personnellement je ne suis ni frustré ni en colère lorsque je vois des caricatures inappropriées sur les religions, y compris lorsque c’est Dieu ou le Christ qui est visé. Ca ne me touche pas et ne m’empêche pas de dormir, d’ailleurs Jésus était aussi provocateur à ses heures !

Jésus, provocateur ?
Oui, en son temps, Jésus a été provocateur, un empêcheur de tourner en rond. Il l’était en particulier pour les religieux qui s’employaient à respecter des règles sans vivre l’essence même de la foi et qui imposaient à leurs contemporains de suivre ces règles – allant jusqu’à exclure ceux qui ne les respectaient pas ou ne pouvaient les respecter. Il était une épine dans le pied de ceux qui se vantaient de leur foi et de leur « pureté ». Oui, Jésus a « caricaturé » certains religieux de son temps, non pas avec des dessins mais avec des mots, allant jusqu’à les comparer de « sépulcres blanchis », beaux à l’extérieur mais avec de « la pourriture » à l’intérieur, pour ne citer que ce seul exemple.

Depuis, que pensez-vous des caricatures sur cette affaire ?
C’est de l’humour noir mais je n’ai pas vu une caricature montrant les dessinateurs de Charlie au paradis, accueillant dans ce même lieu les 3 terroristes avec cette maxime « bienvenus, on vous attendait pour vous donner des crayons à la place de vos kalachnikovs, ça fait moins de dégâts ».
C’est d’ailleurs très étonnant et surréaliste d’entendre les uns et les autres dire que ces dessinateurs sont « au paradis ou là-haut d’où ils nous voient et nous entendent », eux qui, sauf erreur, se réclamaient d’être athées, agnostiques, anticléricaux.
Le « paradis », c’est tout de même une notion religieuse. Comme quoi… !

Et les manifestations ?
Il est rare que je manifeste. La première fois ce fut à Lille, j’avais lancé en 1977 ou 1978 l’idée de la première « manifestation pour Jésus ». Celle-ci avait eu un engouement auprès d’un très grand nombre de personnes, toutes confessions chrétiennes réunies. Nous avions défilé dans une ambiance bon enfant, rythmé par des chants « gospel moderne », sans heurts
A Angers, une des rares fois le fut à l’occasion des tombes juives profanées à Carpentras.
Je suis, pour autant que j’en sois informé, un inconditionnel de ses rassemblements où ensemble, hommes et femmes se réunissent pour dire NON, pour faire bloc bien au-delà des sensibilités et des cultures.

Je ne peux aller jusqu’à dire « je suis Charlie » du fait que je ne me reconnais pas dans l’expression rédactionnelle de l’hebdo, mais comme beaucoup d’autres, je suis quelqu’un qui défend les valeurs du vivre ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.